Gardez la forme : et si le mouvement était la clé ?

Santé Bien-être

Vous avez repris une bonne dose d’énergie pendant ces vacances ? vous vous sentez d’attaque pour cette rentrée ! Alors voyons comment faire durer cette agréable sensation de grande forme !

Voyons déjà d’où vient le mouvement, comment il est rendu possible et dans quelle mesure il est possible.

Le corps, une belle mécanique !

Nous sommes constitués de plus de 600 muscles squelettiques, ce qui pèse sur notre balance 😊 et oui ! car ils représentent la moitié de notre poids ! Ces muscles, situés dans les moindres recoins de notre corps sont de formes différentes, de tailles différentes et la constitution de leur fibre peut être différente également ; c’est ainsi que notre corps peut se mouvoir dans différentes gammes de mouvements.

Et qui dirige tout çà ? notre système nerveux central. C’est lui le pilote qui coordonne l’ensemble de nos mouvements. Il existe un nombre incalculable de combinaisons possibles ! Concrètement le mouvement se fait par l’action des muscles sur les os, via les tendons.
Cette action est possible en fonction de la constitution de l’articulation, qui laisse, selon les cas, un certain nombre de degrés de liberté entre les os, ainsi qu’une amplitude.

Voilà en quelques mots pour le côté « mécanique ».

Comme tout objet qui est en mouvement, le corps a besoin d’énergie pour bouger !

La production d’énergie par nos muscles nécessite une source d’énergie : la nourriture. Par un formidable processus biochimique des molécules d’ATP (Adénosine Triphosphate), l’alimentation est transformée puis libérée sous forme d’énergie musculaire.

L’énergie musculaire nous permet ainsi de nous déplacer ou de déplacer des objets.

Puis ce mouvement entraîne une libération d’énergie thermique. Cette énergie thermique dégagée par le corps humain constitue un flux de chaleur : c’est une des raisons pour laquelle nous avons plus chaud lorsque nous marchons ou bougeons tout simplement.

Et tout cela se passe au cœur de nos cellules. Plusieurs opérations se déroulent lorsque le corps se met en mouvement :

1. Premièrement, les cellules produisent de l’énergie indispensable à toutes les réactions chimiques de l’organisme à partir des nutriments apportés par l’alimentation et de l’oxygène inspiré.

2. Deuxièmement, sur le plan hormonal, l’activité physique déclenche une sensation de bien-être, de relaxation, grâce à la libération d’un certain nombre d’hormones, dont les endorphines. Cette morphine naturelle sécrétée par le cerveau, plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse provoque plaisir et euphorie.

Ainsi fonctionne la merveilleuse machine humaine.

Mais comment savons-nous si nous sommes en forme ?

Existe-t-il des signaux pour nous mettre en garde ? Est-ce que monter trois étages sans être essoufflée ou faire un footing de 30 minutes sans sourciller et sans douleur, nous permet de dire que nous sommes en forme ?
Pas si sûr…
Et si être en forme, c’était être capable de se mouvoir sans gêne, sans souffrance physique, dans les activités de la vie quotidienne et se sentir bien tout simplement ? 🤔

Alors oui ! En effet, notre façon de bouger nous informe sur la qualité de notre élan vital. C’est le cœur insaisissable de la machinerie humaine.
Être en forme, c’est en effet bien « se porter », se mouvoir sans difficulté dans toutes nos activités quotidiennes.

Pour cela, il est nécessaire d’avoir un cœur et des poumons capables d’envoyer suffisamment d’oxygène aux muscles pour bien fonctionner et atteindre ses objectifs, comme nous l’avons vu précédemment.

Être en forme nécessite donc une bonne hygiène de vie globale : une alimentation équilibrée, un sommeil de qualité, et … bien sûr une gestion du stress.

Pourquoi gérer son stress ?

Avant de parler de gestion de stress, parlons sur le plan global de « l’autoprotection » pourrait-on dire, cette faculté que notre être a de se s’auto-protéger, sans qu’on en ait conscience, sauf si on a recours à la pleine conscience, mais nous aborderons plus tard ce sujet. 2 phénomènes vont se dérouler lors de l’autoprotection.

1. La résistance : pour exemple, c’est lorsque la tête interdit au corps d’effectuer un mouvement ; la tête réduit votre mobilité. Les muscles et les articulations ont la capacité de réaliser le mouvement ; mais pour éviter les douleurs ou les blessures le mental bloque le mouvement. C’est un phénomène de protection naturel et utile, pour laisser au corps le temps de se réparer. Par exemple lors d’un torticolis, il suffit de rencontrer une seule fois la douleur en tournant la tête pour que naturellement le mental empêche cette mobilité. Vous n’avez même pas besoin d’y penser, c’est comme si votre cou n’était plus capable de réaliser ce mouvement.
2. La restriction : à ce moment, le phénomène va bien plus loin ; c’est réellement un blocage physique. Votre corps n’est pas capable de faire le mouvement. Cela peut être dû à une blessure, à un défaut postural, une immobilisation trop longue… A ce stade l’intervention du praticien est nécessaire pour retrouver votre pleine mobilité.

Mais quel rapport avec la gestion du stress pour protéger son corps, me direz-vous 🤔 ?

Parce que les phénomènes de résistance-restriction, vont s’appliquer immanquablement en cas de stress prolongé ou surdosé sur un court laps de temps (événement qui survient brutalement dans votre vie). Lorsque vous encaissez le stress, si vous ne l’évacuez pas, votre comportement de vie va se détraquer : le sommeil sera de mauvaise qualité, l’appétit ou les repas ne seront pas équilibrés et, un autre facteur essentiel, qui va faire basculer votre forme, c’est votre mental sous l’emprise du stress. Si on se réfère à nos 2 paramètres résistance/restriction : dans un premier temps, vous allez être moins performante, avec bien sûr moins d’énergie, vous « ramez », et si le stress est soutenu et qu’il perdure, vous risquez le burn-out ou la dépression et dans ce cas, le phénomène de « restriction » s’applique et provoque comme une paralysie de votre énergie, de votre forme physique et psychique, de cette envie de bouger, de vivre : vous basculez dans l’apathie. L’apathie se manifeste par l’absence d’émotions, de sensations et de désirs ; un manque de motivation et d’initiative ; la perte d’intérêt vis-à-vis d’autrui.

Et pourtant votre corps peut toujours, sur le plan physique, mécanique et chimique, se mouvoir comme nous l’avons vu mais… en raison de cette surcharge de stress, votre cerveau (le grand pilote !) a décidé de tout stopper, la restriction !

C’est là toute l’importance de gérer le stress et de lâcher la pression régulièrement, quotidiennement pourrait-on dire !

Alors comment faire pour rester en forme ? Lâcher la pression et développer l’antistress ?

Je dirai : RESTEZ SIMPLE dans vos pratiques ! Le bon sens sera votre meilleur allié dans cette régulation.

Adoptez un rythme régulier pour vos repas et diversifiez vos menus : un régime varié et équilibré est la clé pour avoir de l’énergie toute la journée, sur le plan chimique, comme nous l’avons décrit tout au début.

En parallèle, gardez à l’esprit qu’une bonne hygiène de vie passe aussi par une bonne hydratation : il est recommandé de boire 1,5 L d’eau par jour. Indispensable au bon fonctionnement du corps également, cette hydratation permet de nous drainer, de se purifier, mais elle apporte également les minéraux indispensables tel que calcium, magnésium qui interviennent non seulement dans le fonctionnement musculaire mais aussi dans la régulation de notre stress, et oui 😊 !

Préférez aller marcher 30 minutes par jour, prendre les escaliers, aller au bureau à vélo… Vous verrez que vous serez bien plus en forme et cela vous permettra de relâcher la pression, de laisser de côté un instant vos soucis, vos tracas, vos angoisses. Et laissez ces lourds fardeaux de côté un instant : c’est bel et bien l’atout pour gérer et réguler toute cette pression et ce stress.

Et si ce qui est le plus important était de se réconcilier avec nous-mêmes ?

« Être en forme », et si c’est être tout simplement bien dans sa peau, en contact avec sa sensation de se sentir en forme ?

Pour prendre conscience de sa mobilité naturelle et reconquérir son espace intérieur comme extérieur, alliant profondeur, sagesse et art de vivre dans sa quête vers l’épanouissement !
Ou encore, cela pourrait être aussi la rencontre de nos attentes (ce que je pense pouvoir faire), et de nos performances (ce que je suis capable de faire).

Tout est question d’harmonie entre ce que l’on veut et ce que l’on peut faire.

Cliquer pour télécharger votre bonus !

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant!